Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
91 Boulevard Gabriel Lauriol, 44300 Nantes
Mardi (13h-20h) / Jeudi et vendredi (9h-20h) / Samedi (9h-13h)
07 54 36 29 90
Remboursement des séances avec un psychologue – Boycott du dispositif

Remboursement des séances avec un psychologue – Boycott du dispositif

Mes chers patients, mes chers lecteurs,


Dans un premier temps, je souhaitais tout d’abord vous témoigner ma reconnaissance et ma gratitude face à ce vœu de confiance que vous me témoignez à chaque fois que vous venez en consultation. Venir avec vos histoires de vie, vos émotions et vos blessures, afin de bénéficier de mon expertise, témoigne de votre courage infini et me confère une responsabilité absolue et non négligeable.

Depuis plus de 10 ans, je suis persuadée comme jamais de l’intérêt de la psychothérapie pour pouvoir avoir accès à une santé mentale de qualité (études scientifiques à l’appui).

Aussi, et parce qu’ici est ma plateforme de communication libre et indépendante, je souhaitais vous faire part de mon regard sur l’actualité « brûlante » de notre profession et de notre exercice.


Depuis la crise du COVID-19, les besoins de suivis psychiatriques et psychothérapeutiques ne cessent de croître, en institution mais également en libéral.


Au vu de l’engorgement des établissements de soins spécialisés (fermeture de lits en psychiatrie, non remplacement en CMP… et ce depuis plusieurs années), le gouvernement a cherché à mettre un coup d’accélérateur sur la question du remboursement des séances avec un psychologue en libéral. Et ce via, une paramédicalisation de la profession, dont le code de déontologie a pourtant toujours défendu l’autonomie, et un parcours de soin lourd et fastidieux pour la patient.


Si je suis persuadée que le système actuel qui définit nos modes de vie à une grande responsabilité à jouer dans notre santé mentale et si le projet de remboursement est noble et pavé de bonnes intentions, il n’en est pas moins que les conditions de remboursement actées sont désastreuses et mèneront toute ma profession vers la précarisation, la perte de la qualité de soin et… la fermeture de nombreux cabinets libéraux.


En résumé, là où le patient était libre de consulter de manière autonome, le professionnel de son choix, il sera désormais obligé de s’adresser à son médecin généraliste, à plusieurs reprises, puis à un médecin psychiatre s’il souhaite que son soin psychologique se poursuive. Et nous savons tous à quel point déjà leurs cabinets fonctionnent à flux tendu et que la collaboration entre les différents acteurs libéraux n’est pas toujours aussi fluide qu’on veut bien le croire. Enfin, le patient sera amené à consulter des psychologues libéraux, aux compétences modestes, n’ayant plus suffisamment de ressources pour continuer à s’investir dans la formation continue.

A la clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie qui se tenaient lundi 27 et mardi 28 septembre 2021, et pour lesquelles les psychologues n’ont pas été sollicités, Emmanuel Macron est venu annoncer la généralisation du dispositif de remboursement.

Aussi, là où l’état propose un dispositif pour bénéficier d’un nombre limité de séances, rémunérant le professionnel entre 30 et 40€ (sans aucune possibilité de dépassement d’honoraires) ; notre réalité qui nous permet de vivre, d’exercer correctement, et d’appartenir à une classe moyenne, base nos consultations à environ 60€ la séance de 45 à 60 minutes (le Syndicat national des psychologues estime à 63€ les honoraires adéquats d’une consultation). 

Derrière 60€ d’une consultation, voici ce qu’on trouve :

Instagram @ariane.le.fil.psy
Instagram @ariane.le.fil.psy

Voici ce à quoi ressemblerait notre réalité une fois le projet de remboursement acté:

#manifestepsy
#manifestepsy

A ce jour, et au vu de la proposition actuelle, il me paraît impossible que ceci soit réalisable et satisfaisant pour tous ceux qui œuvrent pour la santé mentale et pour tous les patients qui ont le droit de recevoir du soin de qualité !

C’est pourquoi, comme des milliers de collègues actuellement mobilisés (et notamment derrière le Manifeste Psy, le Syndicat National des Psychologues, la Fédération française des psychologues, l’association ProPsy…), je ne peux pas être favorable à ce dispositif.

Je me vois donc, dans l’immédiat, obligée et contrainte de le boycotter lorsque celui-ci sera impose.

Avec mon profond respect.
Psychologiquement vôtre,

Ariane N.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *